Choix de votre logiciel web : et si on vous disait tout ?

[ 7 points à valider avant d’acquérir votre solution ]

Vous êtes de plus en plus nombreux à vous tourner vers des solutions métiers fullweb, et vous avez bien raison, c’est l’avenir !

Le web offre des possibilités extraordinaires d’évolution dont la plupart n’existent pas encore aujourd’hui… Une raison évidente pour faire le bon choix dès le départ et éviter de gros ennuis 😊

Enfonçons une porte ouverte : vous achetez une nouvelle voiture… Elles ont toutes 4 roues, 1 moteur, 1 volant et des fauteuils… mais elles n’ont pas toutes les mêmes performances et la même qualité !

Et bien dans le logiciel, c’est exactement la même chose…

ils sont tous accessibles via internet, ils offrent des fonctionnalités de base quasi identiques et sont la plupart du temps « mobiles »…

Oui mais voilà, on ne vous dit pas tout !

Si vous souhaitez utiliser votre logiciel avec sérénité, certains points doivent impérativement être validés AVANT votre achat.

1. FULL WEB: voilà un joli mot anglosaxon qui est sur toutes les levres… chacun veut son logiciel « full web » mais beaucoup ignore que derrière ce mot se cache une mutlitude de parades plus ou moins acrobatiques…

Migrer un logiciel « ancien » vers une version full web suppose en général une réécriture complète et nécessite de très gros moyens. C’est la raison pour laquelle il n’est pas rare de trouver des logiciels « hybrides » avec une partie full web avec un bon vieux moteur inchangé… or, il ne vous sera pas possible dans ce cas d’accéder à la totalité des fonctionnalités via un simple navigateur internet !

Notre conseil : soyez vigilants et demandez bien à vous faire préciser si 100% de la solution est bien accessible via internet.

2. TEMPS DE REPONSE : Késako ? pour faire simple, c’est le temps qu’il faut au logiciel pour réagir à un clic de souris. Plus les temps de réponse sont longs, plus vous resterez plantés devant votre ordinateur à attendre que la page s’affiche ou que l’action s’exécute… la plupart du temps, vous vous apercevez que les temps de réponses sont longs lorsqu’il vous vient l’envie subite de jeter votre ordinateur par la fenêtre…

En démonstration, les temps de réponse sont toujours très bons… et pour cause, les bases de données sont presque vides… voire l’application est installée sur l’ordinateur et n’est donc pas connectée au web ! Or, ce ne sera surement pas le cas dans la vraie vie.

Notre conseil : N’hésitez pas à demandez à l’éditeur qu’il vous montre les temps de réponse chez un de ses clients, idéalement de taille équivalente.

3. MOBILITE : C’est chouette de pouvoir utiliser une solution métier sur une tablette ou un smartphone… mais ça l’est encore plus lorsqu’il s’agit d’une « webapp » !

En gros il y a deux possibilité pour accéder à un logiciel sur une tablette : soit c’est une application (une app) soit c’est du Web. Dans le cas d’une application, il faut télécharger celle-ci depuis les apps stores des constructeurs, chaque application doit être réécrite pour chaque matériel (Apple, Android ou Microsoft) et donc les solutions métiers sont souvent mono tablette car il est très couteux d’adapter à chaque version. Dans le cas du Web, on peut accéder à cette application depuis le navigateur internet de la tablette et cela fonctionne avec tous type de tablettes. La technologie a évolué récemment et permet d’avoir désormais des applications internet qui se comportent exactement comme une app mais sans les contraintes, on parle alors de Webapp   Dans le cas des Webapps, vous n’avez rien à faire, d’autre part, vous etes totalement libre d’acheter le matériel que vous souhaitez. (des tablettes à 200€ par ex…)

Notre conseil :  Faites vous préciser si la solution est une webapp ou s’il sera nécessaire de télécharger une application avec un système précis (IOS, android, etc…) qui pourrait vous contraindre à acheter des équipements onéreux. Par exemple, un application qui fonctionne uniquement avec IOS (apple) vous obligera à acquérir des tablettes ou ipod Apple…

4. DEBIT RESEAU DEGRADE : késako [bis] ? lorsque vous disposez d’un excellent wifi, tout est parfait ! mais ce n’est pas toujours le cas et il arrive très fréquemment que le réseau des restaurants ne soit pas très vaillant… or, vous ne pouvez pas vous en apercevoir lors d’une présentation.

Notre conseil : là encore, n’hésitez pas à demander à l’éditeur de tester la connexion directement sur un établissement ayant un réseau dégradé.

5. HEBERGEMENT : Lorsque vous vous équipez d’une solution internet, celle-ci est stockée (hébergée) sur un serveur « distant », c’est-à-dire que le serveur n’est pas physiquement dans vos locaux… et vos données non plus. C’est ce que nous appelons une solution SaaS. Jusque là, tout va bien… disons que cette formule est intéressante lorsque vous avez entre 1, voire 2 établissements.

Ca commence à se corser lorsque vous avez plusieurs restaurants…. Pourquoi ?

Parce que vos équipes doivent « subir » toutes les mises à jour que l’éditeur impose ! (et oui, tous les clients de l’éditeur ont exactement la même version du logiciel, que vous soyez d’accord ou non)

Notre conseil : Demandez à l’éditeur d’héberger vos données sur un serveur « dédié », c’est-à-dire un serveur où vos données seront bien séparées des données des autres Clients et où il vous sera possible de refuser une nouvelle version que vous estimeriez prématurée et susceptible de semer le trouble dans vos équipes. Ce mode d’hébergement vous garantira également une parfaite réversibilité (cf ci-après). 

6. REVERSIBILITE: Késako [ter] ? c’est tout simplement l’action qui consiste à demander à l’éditeur de vous restituer l’intégralité de vos données.  C’est certainement un des points les plus IMPORTANTS car si vous n’avez pas de clause de réversibilité en bonne et due forme, vous ne pourrez pas récupérer vos données ! et c’est évidemment proportionnel au nombre de restaurants.

Notre conseil : Exigez une clause contractuelle de réversibilité qui consiste simplement à demander à l’éditeur de vous fournir vos données sous un format standard et utilisable comme excel.

7. SUPPORT UTILISATEURS : Et oui, quand on cherche un logiciel métier, on regarde ses fonctionnalités et son ergonomie… mais on oublie un point essentiel : le support utilisateurs… si un utilisateur est coincé, c’est la panne sèche !!! et quand on est un professionnel, on ne peut pas se le permettre !

Les outils modernes doivent proposer du tchat instantané, des vidéos, des notices détaillées, etc… pour garantir une perte de temps minimum à l’utilisateur.

Notre conseil : Exigez de l’éditeur qu’il vous détaille précisemment les ressources affectées au support Client et tous les outils mis à disposition des utilisateurs.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *